Ce que l’on observe depuis une vingtaine d’années, c’est qu’avec l’augmentation des températures moyennes, le nombre de personnes allergiques a augmenté.

Les réactions allergiques sont principalement causées par les graminées (dans les champs), la paritaria (en ville), le pollen, l’aulne, le bouleau, etc. Selon des études cliniques, les allergies alimentaires touchent environ 2 à 4 % de la population adulte et 8 à 10 % des enfants. Pourquoi le nombre d’allergies ne cesse d’accroitre de nos jours ?

Qu’est-ce qu’une réaction allergique ?

Les allergies sont les maladies chroniques les plus fréquentes chez les enfants et les jeunes adultes. Il s’agit d’une réponse anormale du système immunitaire suite à un contact avec une substance extérieure, normalement inoffensive, définie comme un « allergène ».

La réaction immunitaire peut être à médiation anticorps ou cellulaire en raison d’aliments comme les cacahuètes et le lait de vache ou d’organismes comme les moisissures et les pollens.

La classe d’anticorps qui est plus fréquemment associée aux maladies allergiques est celle des IgE mais cela n’exclut pas la possibilité que d’autres classes d’anticorps puissent être responsables de maladies allergiques. Par conséquent, il est possible de distinguer les patients ayant des allergies  IgE-médiées ou des allergies non-IgE-médiées.

Les patients allergiques ont tendance à produire des anticorps IgE pour faire face à de faibles doses d’allergènes. Cette prédisposition est appelée « atopie ». En général, les allergies provoquent des éternuements, des problèmes respiratoires, de l’asthme, de la toux, des larmoiements et des démangeaisons. On peut également constater un écoulement nasal et une éruption cutanée dans les cas d’allergies au latex. 

Pourquoi le nombre de patients allergiques augmente-t-il constamment ?

Vers les années 1900, les allergies touchaient moins de 1% de la population mondiale. Aujourd’hui, entre un quart et un tiers de la population française souffre d’allergies, notamment alimentaires. Le pourcentage des personnes touchées par des maladies cutanées comme l’eczéma ne cesse aussi d’accroitre. Les raisons de cette augmentation sont à chercher dans l’évolution de notre mode de vie. 

De nombreuses études ont prouvé que la cause des allergies respiratoires et allergies croisées pourrait résider dans le réchauffement climatique, comme conséquence de l’augmentation de la pollution de l’air.

Plus les températures sont élevées, plus la quantité d’ozone qui se développe dans l’air est importante. Il s’agit d’une molécule non allergène, mais qui est capable d’irriter le système respiratoire.

Les espèces polliniques (pollen) deviennent plus fréquentes et génèrent le plus grand nombre de cas d’allergies. Cela est dû au taux croissant du dioxyde de carbone dissous dans l’atmosphère. 

De plus, notre système immunitaire n’est plus sollicité par les parasites. Cet aspect stimule le développement des allergies.

Nous achetons aussi de plus en plus d’aliments exotiques, certains remplis de produits chimiques. Les nouveautés en matière de restauration peuvent déclencher des réactions inattendues, ce qui explique, par exemple, les allergies aux kiwis, aux bananes, au curry, au sésame ou aux lupins.

Selon certaines recherches, l’exposition aux micro-organismes (microbes), l’évolution rapide des facteurs génétiques et non génétiques, tels que la fumée de tabac ont un impact sur l’augmentation des réactions allergiques.

De même, l’exposition aux allergènes, la sédentarité et l’augmentation des agents infectieux, appelée « hypothèse hygiénique » sont aussi des facteurs à ne pas négliger.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}