Les traitements anticancéreux utilisés actuellement peuvent entraîner différents effets secondaires chez les patients.

Toutefois, leur fréquence, la gravité et la durée varient selon le type de substance utilisée, la dose prescrite et la sensibilité individuelle du patient.

Les effets secondaires sont générés principalement par l’interaction entre les molécules médicamenteuses et des « mauvais » gènes qui interagissent avec elles pour provoquer des réactions toxiques avec des conséquences à court ou à long terme.

Dans cet article, nous verrons :

  • Comment lutter contre les nausées et les vomissements ?
  • Comment lutter contre les diarrhées ?
  • Une solution naturelle pour lutter contre les effets indésirables liés à la chimiothérapie

Nous abordons ici un sujet délicat.

Notez que l’avis d’un professionnel sera toujours préférable à la lecture de cet article.

Effets chimiothérapie : Comment lutter contre les nausées et les vomissements ?

Les nausées et les vomissements associés à la chimiothérapie commencent le plus souvent quelques heures après la perfusion. Ils durent de deux à trois jours.

La première chose que font de nombreux patients est de demander s’ils doivent essayer quelque chose, y compris des médicaments ou des remèdes à base de plantes. Votre médecin vous aura déjà prescrit un médicament appelé « ondansétron », qui est un traitement efficace contre les nausées et les vomissements induits par la chimiothérapie.

Vous pouvez également essayer le thé ou les bonbons au gingembre pour soulager les nausées associées à la chimiothérapie. Prenez des repas petits et fréquents et évitez autant que possible les aliments gras ou épicés, le tabac, l’alcool et le café.

Si les vomissements persistent et entraînent une déshydratation, veillez à remplacer les liquides et minéraux perdus en buvant des bouillons clairs et d’autres liquides.

Après avoir vomis, brosser votre bouche avec un dentifrice et prenez votre temps sur votre estomac; ne mangez pas de nourriture solide pendant plusieurs heures.

Si vous vous sentez nauséeux après chaque cours de chimiothérapie (ou même juste avant un cours de chimiothérapie à cause de l’angoisse), votre médecin peut préconiser une thérapie appelée « anti nauseant » (contre les nausées).

Pour se battre contre les nausées liées à la nervosité, les techniques de relaxation peuvent être bénéfiques.

Effets chimiothérapie : Comment lutter contre les diarrhées ?

La diarrhée, ou selles molles fréquemment associées à la chimiothérapie, peut être un effet secondaire très désagréable du traitement, mais elle peut être soulagée par un simple changement de régime alimentaire.

Voici quelques mesures simples que vous pouvez essayer pour soulager cette affection : mangez des aliments qui contiennent des fibres, comme les fruits et les légumes (jus), les pains, céréales et craquelins à grains entiers, les noix et les graines.

Essayez de boire davantage de liquides aqueux tels que des bouillons (au moins 2 litres par jour). Évitez les aliments et les boissons qui favorisent la diarrhée (boissons caféinées) et augmentez les liquides en les avalant lentement.

Les médicaments antidiarrhéiques ne sont généralement pas nécessaires, mais peuvent être prescrits si nécessaire pour soulager les symptômes. La chaleur, les infections et le stress peuvent tous contribuer à la diarrhée.

Il faut donc éviter les aliments épicés, les aliments gras ou frits et les boissons contenant du lactose. La prise de probiotiques peut aider en repulpant la flore intestinale après ces épisodes de diarrhée.

Le CBD thérapeutique : Un usage médicinal sous forme d’huile

Le traitement du CBD thérapeutique est récent et demande encore un approfondissement. Pour la plupart des patients, le Cannabis a des qualités sans équivalent pour un certain nombre de pathologies.

Lorsqu’il est consommé à faible dosée ou non et sous forme d’huile, le CBD ne provoque pas d’effets psychotropes tels que l’euphorie ou l’agitation. Du moment que la limite maximale de THC n’est pas dépassée, il n’y a pas de risques pour la santé en termes d’addiction qui touchent les huiles contenant du THC (le principe actif psychotrope).

Comme cette tendance commerciale continue à se développer, il importe d’être vigilant quant aux sources et aux origines des huiles vendues sous le nom d’huile de cannabis.

Laissez un commentaire! 

Your email address will not be published. Required fields are marked

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}